Créer un site internet

Berlin 1945

UNITES

PANZER - DIVISION MÜNCHEBERG

 

Unité régulière de la Wehrmacht créé en mars 1945. Elle combattra lors de la bataille Seelow puis de Berlin ou elle a disparu. Elle fut commandé par le GeneralMajor Werner Mummert sauf un bref moment lors de la bartaille de Berlin par le Oberts Hans-Oscar Wöhlermann.La Division se vit attribuer la défense du nord-est de Berlin et fini à Tiergarten.

  • Pz.Gren.Rgt. Müncheberg 1 (I. et II.)
  • Pz.Gren.Rgt. Müncheberg 2 (I. et II.)
  • Panzer-Abt. Kummersdorf (avec trois Kpn. de chars)
  • Pz.Art.Rgt. Müncheberg
  • Aufkl. Kp. Müncheberg
  • Pz.Jg.Kp. Müncheberg
  • Pi.Kp. Müncheberg
  • Nachr.Kp. Müncheberg
  • Stab Feldersatz-Btl. Müncheberg et des Versorgungstruppen.

11 SS - FREIWILLIGEN - PANZERGRENADIER - DIVISION NORDLAND

 

Créé en février 1943 en Bavière, elle regroupe tout les combattants scandinaves engagés dans la SS. Elle combat en Croatie, à Leningrad et dans les pays Baltes. Une partie de l'unité combattra à Berlin pendant que l'autre sera sur le front Occidental ou elle se rendre le 2 mai 1945. "Le 1er mars 1945 l’Armée rouge déclenche le plus grand bombardement d’artillerie. Les défenseurs allemands reculent lentement devant la poussée des chars ennemis, et après une semaine de combat, la Nordland est repoussée jusqu’à l’Altrdamn, dernier pont allemand sur la rive est de l’Oder. Le 14 mars, elle traverse la rivière et se retrouve dans la ville même. Au cours des jours suivant, les volontaires combattent dans les décombres de Berlin. Le 19 mars, elle est retirée des lignes et envoyée dans la région de Schwendt-Angermünde 65 kilomètres au nord-est de Berlin ou elle reçoit un contingent de renfort provenant pour la plupart de la Luftwaffe et de la Kriegsmarine.L’offensive finale russe est déclenchée le 16 avril. La Nordland est alors à l’est de la capitale avec le LXI Panzerkorps. Dès le 18 avril elle est repoussée vers les faubourgs et intégré dans la garnison. Réorganisée en Kampfgruppen, les volontaires nordiques battent en retraitent à travers Mahlsdorf, Biesdorf et Neukölln vers l’aéroport de Tempelhof. Au plus fort des combats, le bataillon blindé Herman Von Salza lance une contre-attaque qui stoppe les soviétiques aux environs de Treptow, cependant, lorsque la division reçoit l’ordre d’attaquer le 25 avril, son commandeur le SS-Brigadeführer Joachim Ziegler refuse de sacrifier une nouvelle fois ses hommes dans des actions inutiles. Il est relevé de son commandement et remplacé par le SS-Brigadeführer Dr. Gustav Krukenberg qui vient d’arriver avec 300 français de la Division Charlemagne. Le 1er mai les survivants combattent dans les ruines autour de la Chancellerie. Krukenberg les autorisent à tenter une percée que seule une poignée réussiront, le reste étant tué ou capturé dans les derniers jours de la résistance".

  • SS-Panzergrenadier-Regiment 23 « Norge »
  • SS-Panzergrenadier-Regiment 24 « Danmark »
  • SS-Panzer-Abteilung 11 « Hermann von Salza »
  • SS-Artillerie-Regiment 11
  • SS-Panzer-Aufklärungs-Abteilung 11
  • SS-Sturmgeschütz-Abteilung 11
  • SS-Panzerjäger-Abteilung 11
  • SS-FLAK-Abteilung 11
  • SS-Pionier-Bataillon 11
  • SS-Nachrichten-Abteilung 11
  • SS-Nachschub-Truppen 11
  • SS-Instandsetzungs-Abteilung 11
  • SS-Wirtschafts-Abteilung 11
  • SS-Kriegsberichter-Zug 11
  • SS-Feldgendarmerie-Trupp 11
  • SS-Feldersatz-Bataillon 11
  • SS-Bewährungs-Kompanie 11
  • SS-Sanitäts-Abteilung 11
  • SS-Werfer-Bataillon 11
  • SS-Jäger-Regiment 11

 

(Source : Wikipedia)

STURM BATAILLON CHARLEMAGNE

 

Le dernier bataillon de cette division, connu sous le nom de Bataillon Charlemagne, sous le commandement d’Henri Fenet qui a été promu au grade d'Hauptsturmführer, participe à la bataille de Berlin au sein de la division Nordland. Il ne reste alors que 320 à 330 hommes à peine. Dans les combats de rue, qui se déroulent d'abord à Neukölln, puis dans le secteur central, les Français à eux seuls auraient détruit une soixantaine de chars soviétiques.

Le 27 avril, ce qui reste des troupes se retranche dans le métro. Le 28, ils défendent la place Belle-Alliance qui protège l'accès du bunker d'Adolf Hitler. Parmi les derniers défenseurs du bunker figurent des volontaires français aux côtés de collaborationnistes de plusieurs pays d'Europe. Jusqu'au 2 mai, alors qu'Adolf Hitler s'est déjà suicidé, ils résistent à l'avancée des troupes soviétiques. Les derniers hommes, dont Henri Fenet, sont faits prisonniers à cette date. Les SS français étaient les « derniers défenseurs » du bunker, le Bataillon Charlemagne ayant été la seule unité encore présente jusqu'au 2 mai, afin d'empêcher les Soviétiques de le prendre pour la fête du 1 mai.

(Source : Wikipedia)

PANZER - KOMPANIE (bo) BERLIN

 

Le 22 janvier 1945 la Generalinspektion der Panzertruppen reçoit l'ordre de constituer une Panzer-Kompanie (bo) Berlin à partir de 10 panzer V Panther et de 12 Panzer IV irrécupérables qui seraient sorti d'ateliers de campagne. La désignation (bo) étant l'abréviation de Bodenständig (statique). La vocation de la Panzer-Kompanie (bo) Berlin est de défendre le centre-ville de la capitale. Ses pièces doivent barrer les principaux axes .

Placés au milieu de la chaussée, sur les carrefours névralgiques, ces bunkers sont de deux types : des tourelles de Panzer sur casemate et des chars enterrés ou semi-enterrés. Les équipages de ces bunkers sont de trois hommes : un chef de bord, un tireur et un chargeur. La mise sur pied de la Panzer - Kompanie (bo) Berlin débute le 24 janvier. Pendant ce temps les Panzertürme sont logés dans le sol et les chars sont enterrés. Durant la bataille de Berlin, certaines de ces casemates ne vont pas sans poser des problèmes aux Soviétiques.

Formation de la Panzer Kompanie BO (bodenständig) Berlin
1 Chausseestrasse - Dankes Kirche – Quartier de Wedding 
Panther Pz.Kpfw. V Ausf. G 
2 Möllendorffstrasse - Frankfurter-Allee - Quartier de Lichtenberg 
Panther Pz.Kpfw. V Ausf. G 
3 Gürtelstrasse - Frankfurter-Allee - Quartier de Lichtenberg 
Pz.Kpfw. IV Ausf. H 
4 Le Treptower Park - Quartier de Treptow 
Pz.Kpfw. IV Ausf. J 
5 Hauptstrasse - Kaiser Wilhelm Platz - Quartier de Schöneberg 
Panther Pz.Kpfw. V Ausf. A 
6 Badensche Strasse - Kaiserallee – Quartier de Wilmersdorf 
Pz.Kpfw. IV Ausf.G 
7 Wilmersdorfer Strasse – Kurfürstendamm - Quartier de Charlottenburg 
Pz.Kpfw. IV Ausf.G 
8 Bismarckstrasse - Sophie Charlotte Platz - Quartier de Charlottenburg 
Panther Pz.Kpfw. V Ausf. G 
9 Badstrasse - Pankstrasse - Quartier de Wedding 
Panther Pz.Kpfw. V Ausf. D 
10 Peut être Tempelhof 
PzKpfw. IV Ausf.G 
11 Peut être Prenzlauer Allee – Quartier de Prenzlauer Berg 
Panther Pz.Kpfw. V Ausf. G 
12 Le Parc 
Panther Pz.Kpfw. V Ausf. D 

(Source : materielsterrestres39-45.fr)

KRIEGSMARINE

 

Tout a commencé par un coup de téléphone. Dans le KTB (KriegsTageBuch) de l'OKM (OberKommando der Marine), avec la date du 24 avril 1945 à 24h00, il est enregistré comme suit:

Kpt zS (Kapitän zur See) Assmann a informé l'OKM par téléphone d'un Führerbefehl. Hitler avait donné l'ordre au VAdm VOß de transporter à Berlin quelques bataillons de la Kriegsmarine, entièrement équipés de toutes sortes d'armes d'infanterie. Il a souhaité que les marins se joignent à la défense de Berlin.

Le plan était que deux bataillons de marins du 1. SStR (SchiffSTamm-Regiment) soient transportés par avion à Berlin dès la nuit suivante (25/26 avril). Les unités ont donc dû marcher immédiatement vers des aérodromes éloignés.

- Le soi-disant bataillon d'alarme de Stralsund a dû se rendre à la base d'hydravions de Pütnitz près de Ribnitz, d'où 175 hommes devaient voler avec le 3./I./TG 1, qui était équipé d'une version hydravion du Ju 52, et à Tutow, d'où 288 autres hommes devaient être transportés avec des Ju 352 de l'escadron "Mauß".

- Un autre bataillon d'alarme de Rostock, avec 476 hommes, a dû marcher vers l' aérodrome local (cette unité de la marine est inconnu).

la nuit suivante (26/27 Avril), il était prévu de transporter un régiment de l'île de Fehmarn, avec quelque 1000 hommes, à Berlin de l'aéroport de Rerik (marins faisaient partie de la 1.FuMLAbt) .

Il semble que le Gram Dönitz a souhaité coopérer. Il a mobilisé le 1.SStR à Stralsund et le 1.FuMLAbt (Funk Mess Lehr Abteilung) à Fehmarn. Ce sont aussi les «plus courageux» de ses hommes, qu'il enverra à Berlin pour la protection personnelle du «bien-aimé» Führer.

1. SStR à Berlin

1.SStR, qui était le 1er régiment d'instruction navale, le Cmdt Kpt zS Herbert Zollenkopf, était composé de:

- 1.SStA (1. Schiffstamm-Abteilung), le 1er bataillon d'instruction navale, Co était KKpt (Korvettenkapitän) Wolfgang Dittmers, stationné à Dänholm

- 2.SStA, le 2e bataillon d'instruction navale, Co était KKpt Franz Mayerhoeffe, stationné à Flensburg-Mürwick

- 3.SStA (3. Schiffstamm-Abteilung), le 3e bataillon d'instruction navale, le Cmdt était le FKpt (Fregattenkapitän) Richard Steffen, stationné sur la Schwedenschanze. A cette époque, ce bataillon était déjà mobilisé sous le nom de MarSchB 903 (903rd bataillon d'infanterie navale). Il était presque complètement désarmé, à l'exception de quelques carabines pour les rangs et très peu de mitraillettes pour certains officiers.

-4.SStA (4th Schiffstamm-Abteilung), le 4th batallion d'instruction navale, CO était KKpt Herbert Banzhaf, posté à partir de février 1945 à Flensburg-Mürwick. - SSS „Gorch Fock", CO était Kptl Wilhelm Kahle.

Le 1.SStR a été augmenté en main-d'œuvre, car ce n'était pas seulement l'équipage I / 45, mais aussi l'équipage IV / 45 qui a été appelé à s'équiper. Il semble que la Kriegsmarine avait recruté ces hommes pour les empêcher d'être fauchés à l'avant, un processus communément appelé «Heldenklau» (Heldenklau / Operation Heldenklau était un humour noir entraînant Landser argot pour décrire les efforts du Haut Commandement pour remplacer l'énorme et l'augmentation constante des pertes subies par les Heer, en particulier sur le front de l'Est, au cours de la dernière année de la guerre en peignant le personnel de l'arrière (aussi dérisoirement appelé Etappenhengste, ou Home Front Studs, par les soldats de première ligne) pour les hommes capables de transporter et le tir d'un fusil ou Panzerfaust. Traduit littéralement, le mot signifie quelque chose comme "saisir les héros" (Held = hero, klauen = mot d'argot pour stehlen,

Vers midi, le 25 avril 1945, il y a eu des ordres pour l'opération «Berlin» ou «Reichskanzlei». Ils étaient là, non pas des vétérans ayant une expérience de combat de quelques années, mais de jeunes soldats non entraînés de la tranche d'âge 1927-1929.

Après la distribution de nourriture, de munitions et d'armes (principalement des fusils capturés), des grenades à main, des Panzerfäuste et des Panzerschrecks, ils ont dû attendre le transport. Beaucoup d'entre eux faisaient partie du cours de formation spécial de la marine pour la technologie HF «Tegetthoff».

Le commandant de ce bataillon d'alarme était le
Kptlt (Kapitänleutnant) Franz Kuhlmann récemment décoré. Le corps d'officiers de ce bataillon était un mélange d'officiers de l'ensemble du 1.SStR. Le soir, des bus et des camions en ont transporté une partie à Pütnitz. On ne sait pas s'ils ont été transportés à Berlin par les versions d'hydravions de l'avion Ju-52.

Le reste de l'unité est arrivé au terrain d'aviation de Tutow à 22 h. En raison des attaques des russes «Nähmaschinen» («Machines à coudre» - argot Landser pour l'avion d'observation soviétique volant lentement (vitesse maximale de 93 mi / h), le biplan Polikarpov Po-2, dont le moteur sonnait comme une machine à coudre ; il était considéré comme une véritable nuisance, car il laissait parfois tomber également de petites bombes à fragmentation qui causaient la mort ou des blessures aux Landsers au sol. Pour se venger, ils tiraient avec leurs fusils sur eux, en faisant souvent tomber un dans l'action), il semble que les vols de transport ont être reportés.

Une fois encore, il y a eu un appel téléphonique de Berlin, GFM (Generalfeldmarschall) Keitel a souligné l'importance de ce pont aérien. Ainsi, Mjr Mauss, CO du «Großraumtransportstaffel» (escadron de transport de grande capacité), a autorisé tous les travaux pour le début du pont aérien. 5 avions (4 Ju 352 et 1 Ar 232) la veille (24/25 avril) pour une opération de ravitaillement de la 9e armée encerclée.

Entre 01h35 et 02h35 le 26 avril, tous ont quitté Tutow. L'objectif était d'atterrir à l'aéroport de Berlin Gatow, car l'aéroport de Tempelhof n'était plus disponible le 23 avril, en raison de fortes attaques russes, et il est tombé la nuit suivante. Il semble que chaque Ju 352 transportait 40 soldats, ce qui est leur capacité maximale. Au moins un Ju 352 avait en plus 4 t de Panzerfäuste et Panzerschrecks. 40 soldats et 4t de munitions signifient que l'avion était proche de la charge maximale de ce type d'avion.

OFw (Oberfeldwebel) Herbert Schulz (G6 + .X) a été le premier à décoller de Tutow, car il a reçu l'autorisation d'atterrissage à Gatow. Son avion a subi de lourdes attaques de tous types d'armes. Avec un seul moteur, il n'a pas été possible de piloter un Ju 352 à pleine charge. OFw Schulz a tenté d'effectuer un atterrissage d'urgence, mais s'est écrasé. D'une manière ou d'une autre, tout l'équipage a réussi à échapper à l'explosion de 4 des Panzerfäuste. Le 29 avril, ils sont retournés dans leur escadron, qui était stationné à Großenbrode à cette époque. On ne sait rien du sort des 40 soldats de ce Ju 352.

StFw (Stabsfeldwebel) Kurt Becker (G6 + RX) n'a pas réussi à atterrir à l'aéroport de Gatow, à cause des tirs antiaériens lourds, il a décidé de retourner à Tutow, où il a atterri à 03h00. Ces soldats, dont le Cmdt intérimaire du 1er Coy, Kptlt Brandt, ont été relevés des combats à Berlin.

Un autre Ju 352 (G6 + .X) n'a pas pu atterrir à Gatow, à cause des tirs nourris de mitrailleuses depuis le sol. L'avion a été touché dans le train d'atterrissage et dans le cockpit, mais aucun équipage ni aucune troupe n'a été blessé. Pour éviter un atterrissage d'urgence sur le petit aéroport de Tutow - qui aurait pu entraîner l'arrêt de tous les ponts aériens de Tutow - il a effectué un atterrissage d'urgence près de Barth. L'avion a été détruit, mais personne n'a été blessé.

OFw Paul Köhler (G6 + EX) a quitté Tutow à 02h35, mais a eu besoin de près de deux heures pour atterrir à Berlin-Gatow à 04h25. Peut-être qu'il avait tenté d'atterrir à Berlin-Staaken, selon un officier de la marine. Après 20 minutes au sol, il a décollé pour Tutow, où il a atterri à 05:40.

Dans la littérature sur la bataille de Berlin, chaque fois qu'une référence est écrite au sujet des marins allemands Kriegsmarine à Berlin, les chiffres mentionnés sont beaucoup trop élevés. Selon un sous-officier, son avion était le dernier à atterrir à Gatow. Dans un bois près de l'aéroport, son groupe de marins s'est joint à 40 autres marins.

Selon
Olt zS (Oberleutnant zur See) Clemens Zuborg, un Olt de la réserve puis adjudant dans l'état-major du bataillon d'alarme, a évoqué le débarquement de 2 Ju 352 et l'arrivée d'environ 80, peut-être 100 marins, dans le Reichskanzlei, qu'ils ont dû défendre. Kptl Franz Kuhlmann a écrit dans ses mémoires au sujet de sa rencontre avec Adolf Hitler: «À cette date, je ne savais pas dans quelle mauvaise santé Hitler était. Je n'ai jamais pensé que les signes de rupture et les sentiments de malheur conduiraient à un tel chaos dans la hiérarchie des ordres. "

Tous les officiers de l'unité ont survécu à la bataille de Berlin, sauf un, le
Lt zS (Leutnant zur See) Böing qui a été tué dans le jardin du Reichskanzlei par une grenade à mortier.

Il y a de nombreux indices, du débarquement de marins (et d'autres soldats) sur le soi-disant "Ost-West-Achse". Cependant, aucune source de confirmation exacte n'est disponible.

1. FuMLAbt à Berlin

Le 25 avril 1945, un ordre fut émis, dans lequel le commandant du 1.FuMLAbt, FKpt Bormann (un frère du Reichsleiter) tenta de recruter des volontaires pour Berlin. Il a souligné qu'ils avaient le devoir de protéger étroitement et personnellement le Führer.

Au cours du 26 avril 1945, les premiers soldats du FuMLAbt ont été transportés par MFP (LTC allemands) de Puttgarden / Isle of Fehmarn jusqu'à l'aéroport de Rerik. À leur arrivée à Rerik, ils ont constaté qu'aucun avion n'était disponible. On leur a ordonné de dormir dans un hangar à proximité. Cependant, à 22h00, de nouveaux ordres ont été donnés. De nouveaux groupes de marins ont été créés au hasard. Un témoin a dit, un groupe réduit a marché vers l'aéroport. À l'aéroport, aucun avion de transport «normal» ne les attendait, mais il y avait des avions du FdF (escadron personnel du Führer).

Au moins 3 avions attendaient: - un Fw-200 «Condor» (CE + IC), le pilote était Hptm (Hauptmann) Joachim Hübner, - un Ju-290 (9V + BK), le pilote était le Lt (Leutnant) Wagner, - un Ju-352 (KT + VJ), piloté par Olt Schultze.

Certaines sources affirment qu'il aurait pu y avoir un autre avion impliqué dans cette opération: - un deuxième Fw-200 "CONDOR", le pilote était Hptm Kurt Herzog ou Fw Bauer.

Hübner: Le Fw-200 a été le premier à être chargé et à être prêt à prendre l'air. Dans son avion, il y avait 17 marins. Les 14 chaises en cuir à l'intérieur de l'avion étaient couvertes de protection par des bandes de toile. Les 3 derniers marins étaient assis sur des boîtes de Panzerfäuste. Le rang le plus élevé parmi les marins était un NCO, OFm (~ OBtsM) Julius Langhals.

Le «Condor» était à une hauteur de 120 mètres, car il a été touché par un tir antiaérien. L'un des moteurs brûlait, le pilote a tenté d'effectuer un atterrissage d'urgence, mais s'est écrasé dans une maison à Wilhelmshorst. 17 ont survécu, deux parce que les Russes les ont transportés dans un hôpital, deux autres ont été cachés à Wilhelmshorst par des civils et huit se sont cachés dans un bois à proximité.

En s'approchant de Berlin, les soldats survivants ont vu des fusées rouges, donc un autre avion a été touché par un tir antiaérien et a dû effectuer un atterrissage d'urgence. Un marin de cet avion inconnu, a déclaré après la guerre, qu'il a atterri à Rerik après 1 heure, parce que deux moteurs ont cessé de fonctionner, après avoir été touchés par des tirs antiaériens. .

Mais le Lt Wagner écrit dans son rapport après-vol, qu'il a dû interrompre son vol avec son Ju-290 après 15 minutes en raison d'un dysfonctionnement du moteur n° 3. Il a de nouveau atterri à Rerik à 23h30, avec 50 marins à bord. Deux marins à bord du Ju-290 de Wagner ont également mentionné qu'ils n'ont jamais été touchés par des tirs antiaériens et sont revenus avec trois moteurs à Rerik après un court laps de temps.

Un autre avion à quatre moteurs (peut-être le Fw-200 de Hptm Herzog / Fw Bauer) a donc été impliqué dans cette opération.

Olt Schultze a commencé avec son Ju-352 à 23h40 de Rerik. L'aéroport de Berlin-Gatow était sous le feu d'artillerie russe, alors qu'il tentait d'atterrir. A 01h00, après deux tentatives d'atterrissage en vain, il a réussi son troisième essai. À bord se trouvaient une quarantaine de marins. Ils ont été utilisés pour défendre l'aéroport quelques minutes seulement après l'atterrissage. Un officier, le
lieutenant zS Horst Thiele, a été vu pour la dernière fois en position de mitrailleuse.

Schultze a dû attendre environ 36 minutes à Gatow, car il a reçu l'ordre de transporter 25 soldats blessés hors de Berlin. Son avion a été le dernier à quitter Gatow, car tous les autres avions (peut-être II./TG 4) n'ont pas attendu les soldats blessés.

Le MarSchB 903

Comme mentionné précédemment, 3. SStA du 1. SStR avait déjà été mobilisé fin avril, et était connu sous le nom de MarSchB 903. Le CO était FKpt Richard Steffen. Il était organisé en 4 à 5 hommes de compagnie avec 500 petits officiers et presque sans armes (à l'exception des carabines pour les grades et les sous-officiers et quelques sous-mitrailleuses pour les officiers).

Le 24 avril 1945 à Nauen, à quelques kilomètres seulement des forces russes, le FKpt Steffen reçut l'ordre d'un inconnu Kpt zS (peut-être Kpt zS Assmann?) D'attendre l'arrivée des camions pour être transportés à Berlin. Les camions ne sont pas venus, alors le bataillon a marché vers Wustershausen, car Döberitz venait d'être occupé par l'Armée rouge. Le lendemain à Wustershausen, ils ont été arrêtés par un général et une police militaire. Steffen a été - cette fois en termes très durs - renvoyé à Berlin. Il a refusé de conduire son bataillon presque non armé à Berlin, ainsi que les forces armées russes étaient sur le chemin du retour à Berlin.

Ainsi, à Wustershausen, 50 ou 60 sous-officiers du MarSchB 903, qui se sont portés volontaires pour combattre à Berlin - venant principalement de Berlin eux-mêmes - ont été correctement armés avec l'aide de la police militaire. Avec eux, un peloton de recrues du 3.Marine-Infanterie-Division, a été transporté en direction de Berlin. Le Co de ce groupe réduit avec deux pelotons était un Olt zS inconnu.

Sur le chemin de Berlin, ils subirent de lourds tirs d'artillerie russe. Ils ont creusé et ont occupé leur poste pendant 3 jours jusqu'au 28 avril. Puis ils ont reçu l'ordre de se retirer à Strodehne. Le commandant du peloton de recrues, OFhr zS Walter Northoff a écrit dans ses mémoires: «Le village était plein d'un petit reste d'une unité de la Wehrmacht. Cette unité n'avait que des officiers subalternes (Lt et Olt) et des sous-officiers, Co était Obstlt vd Bottlemberg. C'était un homme très impressionnant, commandant un groupe régimentaire au sein du groupe divisionnaire "von Hake". Il a donné à notre compagnie l'ordre de tenir une tête de pont sur le côté est de la Havel, alors qu'un corps et plusieurs milliers de réfugiés se retiraient dans notre arrière. Il a promis que nous serions secourus par des bateaux de pionnier. Le lendemain matin (30 avril), nous avons été ramenés. Après cela,

Le 27 avril, les 450 autres marins de ce bataillon ont obtenu plus d'armes et ont fermé la route menant de Waren à Güstrow pendant une journée. Après ce jour, ce bataillon disparut dans la retraite générale.

D'autres marins dans la bataille

Il y avait aussi de petits bateaux de la Kriegsmarine sur la rivière / le lac Havel autour de Berlin. Il s'agissait de bateaux capturés de l'ancienne flottille polonaise de la Vistule. Au moins, l'ancien patrouilleur polonais KU-30 aurait été en action sur la rivière / le lac Havel.

Il était également possible que les soldats de la marine du Marine-Verbindungs-Kommando (~ commandement de liaison de la marine) beim Führer (Vam Voß) fassent partie du groupement tactique Kriegsmarine à Berlin.

Source : http://kriegsmarinemsw.blogspot.com/2015/04/kriegsmarine-in-battle-of-berlin.html

EN COURS ...

Ajouter un commentaire